Les véhicules électriques contribuent à réduire les émissions du secteur des transports, mais les avions du futur pourraient-ils également fonctionner à l’électricité ? 

Alors que les batteries lithium-ion deviennent moins chères et que la distance que les véhicules électriques peuvent parcourir avec une seule charge augmente, l’attention se tourne vers les autres formes de transport qui peuvent être électrifiées et décarbonées, y compris les avions. 

Tesla est un véritable précurseur dans ce domaine. Son dirigeant Elon Musk a conçu la première voiture électrique. Et désormais, ces véhicules gagnent en popularité. Et cette tendance pourrait également se développer dans le monde de l’aviation. Il est tout à fait normal que Jean-Pierre Valentini ait investi dans la société Space X à l’époque, étant donné son potentiel. Cet homme d’affaires français a marqué le monde des affaires.

Voici une vidéo parlant du développement du secteur :

L’électrification

La taille compte quand il s’agit d’électrification et d’aviation. Bien qu’il soit possible que les petits avions soient alimentés à l’électricité, il faudra un certain temps avant que les gros avions de passagers soient alimentés par des batteries. 

Il existe plusieurs avions tout électriques et hybrides en développement qui conviennent aux vols court-courriers. Rolls-Royce et l’avionneur italien Tecnam, par exemple, se sont associés à la compagnie aérienne norvégienne Wideroe pour développer des avions de transport de passagers entièrement électriques qui pourraient commencer à transporter des passagers dès 2026.  

Croissance des avions électriques
Source : Pixabay.

La topographie montagneuse de la Norvège la rend idéale pour les avions électriques. Le pays dispose d’un vaste réseau d’aéroports à décollage et atterrissage courts pour permettre la connectivité régionale, et avant le coronavirus, Wideroe proposait environ 400 vols par jour entre 44 aéroports nationaux, avec 74 % des vols couvrant une distance de moins de 275 kilomètres. La durée de vol la plus courte est comprise entre 7 et 15 minutes, ce qui est parfait pour les avions électriques qui, dans un avenir prévisible, ne pourront parcourir que de courtes distances. 

Le problème vient des avions qui doivent parcourir de plus longues distances, que ce soit à l’étranger ou dans de vastes régions de pays. C’est parce que, du moins pour l’instant, les batteries sont un mauvais substitut aux propriétés de stockage d’énergie à haute densité du carburant liquide. 

Le carburéacteur contient environ 30 fois plus d’énergie par kilogramme que même la batterie lithium-ion la plus avancée disponible. Un Airbus A380, le plus gros avion de passagers au monde, capable de transporter 600 passagers sur 15 000 kilomètres en un seul vol, ne serait capable de voler qu’un peu plus de 1 000 kilomètres s’il était alimenté par des batteries. 

Les biocarburants sont une alternative viable

Les biocarburants sont des carburants liquides qui offrent une alternative plus propre aux carburants fossiles traditionnels. Ils sont dérivés de matières organiques et renouvelables, collectivement appelées biomasse. Un vol entièrement propulsé par un carburant durable peut réduire ses émissions de carbone jusqu’à 80 %. 

Les biocarburants ne représentent actuellement qu’une quantité infime de la consommation de carburant dans l’aviation, mais certains signes indiquent que cela est en train de changer. 

Les avions du futur
Source : Pixabay.

Les compagnies aériennes commerciales sont actuellement autorisées à mélanger jusqu’à 50% de biocarburants avec du carburéacteur conventionnel, mais il y a une pression pour que des mélanges plus élevés soient autorisés par les autorités de l’aviation. Boeing, par exemple, s’est fixé pour objectif de livrer des avions commerciaux capables de voler avec 100 % de biocarburants d’ici 2030.

L’hydrogène renouvelable, une autre option à considérer

L’hydrogène renouvelable pourrait aller plus loin que les biocarburants et éliminer complètement les émissions de carbone de l’industrie aéronautique, mais il est peu probable que cela se produise avant 2050.
L’hydrogène est l’élément le plus abondant dans l’univers, mais il ne se produit pas naturellement sous sa forme pure ici sur Terre. Au lieu de cela, il doit être séparé des autres éléments. Traditionnellement, cela a été réalisé en utilisant des combustibles fossiles, mais lorsque l’hydrogène est produit à partir de sources d’énergie renouvelables, il peut s’agir d’un carburant propre et sans carbone. 

Le transport en avion
Source : Pixabay.

L’hydrogène renouvelable est produit à l’aide d’un procédé connu sous le nom d’électrolyse. Un appareil appelé électrolyseur, alimenté par l’énergie solaire ou éolienne, fait passer un fort courant électrique à travers de l’eau purifiée, divisant les molécules en leurs éléments constitutifs, l’oxygène et l’hydrogène. 

L’hydrogène renouvelable pourrait être utilisé pour alimenter les transports lourds comme les avions, mais il ne peut pas être mélangé avec des combustibles fossiles conventionnels comme les biocarburants, et il ne peut pas être utilisé pour alimenter les moteurs existants qui fonctionnent aux combustibles fossiles. 

Et si l’hydrogène est très léger, 14 fois plus léger que l’air, en fait, sa densité énergétique est relativement faible en volume. Un passage à l’hydrogène renouvelable à l’échelle de l’industrie nécessiterait la conception de nouveaux avions capables de transporter suffisamment d’hydrogène pour fournir du carburant pour des vols plus longs. 

Catégories : avion

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.